Le Schéma Régional de Gestion Sylvicole

De quoi s’agit-il ?

Défini par la loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001, le Schéma Régional de Gestion Sylvicole (SRGS) est le document cadre pour la mise en œuvre de la politique de gestion des forêts privées de la région des Pays de la Loire.

Elaboré par le CRPF des Pays de la Loire et approuvé par le ministre chargé des forêts en janvier 2005, après avis de la Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers (CRFPF) et du Centre National Professionnel de la Propriété Forestière (CNPPF), le SRGS s’inscrit dans la politique forestière nationale déclinée au niveau régional dans les orientations forestières régionales (ORF) des Pays de la Loire.

Comment l’utiliser ?

Le Schéma Régional de Gestion Sylvicole (SRGS) a été élaboré dans le souci d’être un outil au service de tout propriétaire de bois, afin de l’inciter à devenir un gestionnaire. Il fixe les grandes orientations qui permettent de valoriser les fonctions des forêts privées, qu’elles soient économiques, sociales ou environnementales. Il comprend notamment :

  • une présentation de la forêt privée de la région, ses composantes, ses enjeux,
  • un guide de description des peuplements,
  • des informations permettant de choisir des essences adaptées aux conditions locales,
  • les méthodes sylvicoles préconisées pour atteindre les objectifs de gestion et de production qui sont identifiés,
  • des indications sur l’équilibre sylvo-cynégétique, sur la gestion des milieux naturels associés,
  • des adaptations par zones naturelles forestières permettant d’ajuster les orientations aux conditions stationnelles locales (sols, climat, ...).

Le SRGS, établi par le CRPF, constitue ainsi la référence en matière de gestion des forêts privées. Les différents documents de gestion durable que sont :

doivent être établis conformément au Schéma Régional de Gestion Sylvicole pour être agréés.

Toute forêt gérée suivant ces documents présente alors une garantie (ou présomption de garantie) de gestion durable. Le propriétaire peut ainsi bénéficier d’aides publiques (reboisement, élagage, …) et d’allègements fiscaux adaptés à la forêt, sauf cas particuliers en site Natura 2000.