Edito - Décembre 2016
Arnaud Guyon,
Directeur de CRPF

Votez !

Que d’élections en 2017 !
Outre une certaine présidentielle, cette année sera l’occasion d’élire vos représentants au Centre Régional de la Propriété Forestière.

Pourquoi voter me direz vous ? Je m’inspirerai dans ma réponse du discours de départ de Thomas Formery, qui a dirigé pendant de nombreuses années le CNPF.

Parce que cet établissement public, c’est le vôtre. En effet, il s’agit d’une structure professionnelle entièrement administrée par des propriétaires forestiers privés élus. Certes, l’administration garde un rôle de tutelle destiné à assurer la légalité des décisions prises par le conseil, mais cette configuration est assez rare pour être signalée. Elle résulte d’un compromis entre l’État et les propriétaires forestiers : les propriétaires s’engagent à gérer leurs forêts de manière durable et dynamique et en échange, l’État leur octroie des prérogatives régaliennes et une petite équipe de techniciens. Cela donne le CNPF, un établissement public atypique au service de la forêt privée.

Parce que c’est utile. Les CRPF ont ainsi mis en gestion en 50 ans, des centaines de milliers d’hectares de forêts, pour le plus grand bénéfice de leurs propriétaires, de la filière et de la société. En Pays de la Loire vos élus ont ainsi agréé plus de 2200 documents de gestion durable, totalisant près de 140 000 ha de forêts. Ainsi, pratiquement les 2/3 de la forêt privée de plus de 4 ha de la région disposent d’un véritable outil de gestion durable. Les équipes de terrain, peu nombreuses mais très impliquées, sont chargées du développement forestier. Elles vous rencontrent, vous écoutent et vous aident à raisonner vos choix en fonction des multiples critères à prendre en compte : économiques, environnementaux, climatiques...

Parce que le CRPF est indépendant et garant de l’intérêt général. Il n’appartient à aucun groupe, raisonne sur le long terme forestier, se préoccupe tout aussi bien des petits que des gros bois, des feuillus que des résineux, des petites propriétés que des grands massifs. Il s’intéresse à toutes les sylvicultures avec la seule prétention de vous proposer des solutions de gestion adaptées à l’immense diversité des cas rencontrés.

Parce que c’est facile. Vous recevrez en janvier par courrier le matériel de vote. Il vous suffira de glisser votre bulletin dans l’enveloppe dédiée, de la signer et de poster le tout, sans timbrer au plus tard le 5 février.

Alors, soyez nombreux à effectuer ce geste citoyen pour porter haut la voix de la forêt privée et n'hésitez pas à inciter vos amis forestiers à voter pour notre CRPF.